En 2022, les prix du transport ferroviaire ont progressé moins vite que l’inflation

Ferroviaire
Actualité publiée le 13 décembre 2023
Couverture essentiel bilan marche ferroviaire2022.pdf

L’Autorité de régulation des transports (ART) publie ce jour son rapport sur le marché français du transport ferroviaire de voyageurs et de fret en France en 2022 (L’Essentiel). Le transport ferroviaire a connu en 2022 une reprise marquée par une fréquentation record des voyageurs, et 2023 présente une dynamique similaire. Les revenus des opérateurs et des gestionnaires d’infrastructure sont en croissance modérée au regard de l’inflation. L’état de l’infrastructure ferroviaire montre toujours des besoins accrus de financement pour son entretien et son renouvellement, afin de contribuer à l’amélioration de la qualité de service du transport ferroviaire, qui se dégrade en 2022 après une amélioration durant la crise sanitaire.

LA FRÉQUENTATION ATTEINT LE NIVEAU RECORD DE 101 MILLIARDS DE VOYAGEURS.KM

La fréquentation est en hausse de plus de 3 % en 2022 par rapport à 2019, et poursuit sa dynamique en 2023. L’évolution observée entre 2019 et 2022 masque cependant un contraste fort entre, d’une part, une forte hausse, de 13 %, de la fréquentation des TER et Intercités, et de 5% des trains aptes à la grande vitesse (TAGV), et, d’autre part, le recul marqué de 11 % de la fréquentation des services Transilien et RER. Cette baisse, également observée pour les voyageurs abonnés des TER des régions limitrophes de l’Île-de-France, pourrait s’expliquer par une baisse durable de la mobilité pendulaire (comme la navette quotidienne domicile-travail).

La hausse de la fréquentation, plus importante que l’offre, conduit à un taux d’occupation des TAGV domestiques de 74 %, qui s’établit à un niveau record depuis 2017.

LE TRAFIC FRET EST EN BAISSE À COMPTER DU SECOND SEMESTRE 2022

Après un premier semestre 2022 qui s’inscrivait dans la continuité de la reprise observée en 2021, le fret ferroviaire est en repli au second semestre 2022. Cette tendance se confirme au premier semestre 2023, avec de premières estimations montrant une baisse de 23 % du trafic par rapport au premier semestre 2022, notamment en raison de la hausse des coûts de l’énergie et des mouvements sociaux contre la réforme des retraites.

LES PRIX DU TRANSPORT FERROVIAIRE ONT PROGRESSÉ MOINS VITE QUE L’INFLATION

Les revenus des entreprises ferroviaires en 2022 ont dépassé de 5 % leur niveau de 2019 en euros courants, mais reculent de 3 % en termes réels si l’on tient compte de l’inflation. La recette par passager.km est restée stable entre 2019 et 2022 pour les services inOui, mais elle a augmenté de 13 % pour les services Ouigo. Une baisse des recettes moyennes par passager pour les TAGV domestiques est cependant constatée du fait de la forte progression des services à bas coûts Ouigo, lesquels représentaient 19 % de la fréquentation en 2019 contre 24 % en 2022.

L’ANNÉE 2022 A ÉTÉ MARQUÉE PAR LES PREMIERS EFFETS DE L’OUVERTURE À LA CONCURRENCE, AVEC UNE CROISSANCE DU TRAFIC ET UNE BAISSE DES PRIX

Si l’activité commerciale de voyageurs reste largement dominée, en France, par SNCF Voyageurs, l’ouverture à la concurrence a eu des effets déjà visibles sur le niveau d’offre ferroviaire des services commerciaux, avec plus de 10 % de circulations supplémentaires sur la desserte Paris‑Lyon, une hausse de la fréquentation et des prix en baisse de plus de 10 % en 2022 entre Paris et Lyon.

Toutes les régions ont par ailleurs confirmé le processus d’ouverture à la concurrence de leurs services ferroviaires conventionnés, conduisant à l’attribution concurrentielle, à date, de quatre « lots »[1], qui ont bénéficié d’incitations accrues à la performance pour les opérateurs de services régionaux conventionnés (une hausse des offres de 10 % à 100 % pour des coûts stables ou très réduits, avec des engagements de qualité de service supérieurs).

LE FINANCEMENT DES INFRASTRUCTURES RESTE INSUFFISANT AU REGARD DES BESOINS DE MAINTENANCE ET D’INVESTISSEMENT DU RÉSEAU FERROVIAIRE

Alors que les actions de maintenance et d’entretien du réseau ferré et la sortie d’exploitation des sections les plus âgées avaient permis un rajeunissement important du réseau jusqu’en 2019, elles ne permettent, entre 2021 et 2022, qu’une stabilisation de l’âge, à 28,4 ans. Ce dernier reste cependant supérieur de près de trois années à l’objectif que s’est fixée SNCF Réseau de maintenir l’âge moyen des infrastructures à la moitié de leur durée de vie théorique.

En dépit d’un trafic global en reprise de 0,6 % par rapport à 2019, une baisse notable des coûts d’exploitation en euros constants est relevée pour l’entretien et la surveillance du réseau ferré, de 6,9 % en 5 ans.

Les investissements réalisés en 2022 par SNCF Réseau s’inscrivent dans la baisse tendancielle observée depuis 2015 en euros constants et restent également faibles pour rattraper le retard de la France dans le déploiement de certains équipements (système européen de gestion du trafic – ERTMS – et commande centralisée du réseau).

LA QUALITÉ DE SERVICE DE L’OFFRE FERROVIAIRE S’EST DÉGRADÉE EN 2022

Le taux de réalisation (le nombre de trains ayant effectivement circulé par rapport au nombre de trains prévus) de l’offre ferroviaire est inférieur de 5 points en 2022 par rapport à 2017, affectant plus fortement les services TER et Transilien.

Le taux de ponctualité des trains, qui avait fortement progressé durant la crise sanitaire, a également diminué, du fait de la reprise du trafic ferroviaire, et a retrouvé, en moyenne, son niveau de 2019. Les causes de retard des trains pointent une responsabilité partagée entre entreprises ferroviaires (14 % des retards découlent d’une défaillance liée aux trains) et gestionnaires d’infrastructure (retards associés en grande partie à des défaillances de l’infrastructure ainsi qu’à la gestion difficile des circulations en coordination avec les gestionnaires d’infrastructures étrangers et la RATP).

Consulter :

 

[1] Dans les régions, 4 lots ont été attribués : i) pour la Région Sud-PACA, le lot Azur (Nice) a été attribué à SNCF Voyageurs et ii) le lot Inter-métropoles (Marseille-Nice) a été attribué à Transdev, iii) pour la Région Hauts-de-France, le lot Étoile d’Amiens a été attribué à SNCF Voyageurs, iv) pour la Région Pays de La Loire, le lot Tram-train et Sud-Loire a été attribué à SNCF Voyageurs.