CDG Express : l’Arafer appelle l’Etat à couvrir la participation financière de SNCF Réseau

Ferroviaire
Actualité publiée le 15 février 2016
CDG Express
La liaison express directe CDG Express prévoit de relier Paris gare de l'Est à la gare Charles de Gaulle 2 en 20 minutes, à raison d'un train toutes les 15 minutes.

Le nouveau montage juridique associant SNCF Réseau et Aéroports de Paris dans une société de projet pour la réalisation d’une liaison express directe entre Paris et l’aéroport Charles de Gaulle d’ici à 2023/2024, fait l’objet d’un projet d’ordonnance dont a été saisie l’Arafer pour avis.

L’Autorité formule un avis favorable, sous réserve de certaines observations, notamment sur le financement du projet. Elle estime que la participation de SNCF Réseau au capital de la société spécialement constituée  pour réaliser la ligne CDG Express, doit être couverte par des financements publics.

La réforme ferroviaire du 4 août 2014 introduit en effet un strict encadrement des investissements de SNCF Réseau afin de maîtriser l’évolution de sa dette : le gestionnaire d’infrastructure ne peut financer des nouvelles lignes ou des travaux, hors maintenance du réseau, si ces investissements dépassent un certain ratio financier (dette sur marge opérationnelle). C’est le principe de la « règle d’or » inscrit dans la loi.

L’Arafer rappelle par ailleurs qu’elle doit être saisie pour avis pour tout projet d’investissement du réseau ferré supérieur à 200 M€. Le coût global prévisionnel de CDG Express représente plus de 1,6 Md€.