« Une privatisation de Paris Aéroport ne saurait simplement se concevoir dans une logique budgétaire »

8 décembre 2017

Dans une tribune au « Monde », le PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac, explique pourquoi il est très réservé face à la privatisation de ce « monopole naturel » (…)

(…) Le cadre de régulation actuel devrait être revu et structuré autour d’un régulateur indépendant. La régulation tarifaire devrait notamment prévenir efficacement la constitution d’une rente. Pour cela, il sera indispensable de veiller à ce que les dispositions des contrats de concession conclus lors d’une éventuelle privatisation ne puissent limiter la portée de la régulation économique mise en place. Il pourrait ainsi être utile de s’inspirer de l’exemple de l’Autorité de régu­lation des activités ferroviaires et routières (Arafer)…