SNCF : terminus d’une année noire

22 décembre 2017

Pannes informatiques, recul du nombre de voyageurs, cohabitation compliquée avec le secteur privé et, depuis jeudi, une mise en examen pour l’accident mortel de novembre 2015 : la compagnie ferroviaire traverse une séquence éprouvante (…)

(…) le client, si l’on en croit un rapport récent de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Arafer, le gendarme du train) a tendance à bouder le rail pour céder aux sirènes du covoiturage, du bus ou des compagnies aériennes low cost. «Les déplacements tous modes de transport confondus ont augmenté en 2016 de 2,3 %. Le transport aérien progresse de 3,8 % et la route de 3,1 %. Seul le ferroviaire recule de 1,5 %», précise-t-on à l’Arafer, où l’on n’exclut pas que la qualité de service (les retards et les annulations) et la politique de prix menée jusqu’en 2016 aient joué un rôle dans ce désamour du train.