Portrait : Marie Picard, membre du collège de l’Araf

marie-picardNommée le 1er février 2015 par le gouvernement

Son nom sonnait un peu comme l’Arlésienne dans les couloirs de l’Araf : pressentie dès l’automne 2014 pour succéder à Daniel Tardy au collège de l’Autorité, Marie Picard a finalement rejoint ses homologues le 10 février 2015.

Une plongée directe dans le ferroviaire pour la conseillère d’Etat, spécialiste de la concurrence et de la régulation, aguerrie aux marchés publics (au Palais-Royal, elle est à la section de l’administration), aux télécoms et à l’énergie (elle est conseillère juridique à la Cre*). Pour sa première séance de collège, Marie Picard a pris en marche le train des débats sur les tarifs et les conditions d’accès aux gares de voyageurs, aux stations de distribution de combustible, aux cours de marchandises, et aux chantiers de transport combiné, en vue des prochains avis conformes de l’Autorité. «Une cours de fret, une voie de service », je ne savais pas ce que c’était, reconnait Marie Picard. Depuis un mois, le code des transports est mon nouveau livre de chevet », s’amuse l’éminente juriste.

Pas de quoi déstabiliser cette énarque (promotion Léonard de Vinci), grande voyageuse, capable d’affronter des sommets. Les 6 126 mètres du Stok Kangri dans l’Himalaya n’ont plus de secrets pour elle. « Comme dans tous les autres secteurs, le poids de la technique est important, et dans l’environnement ferroviaire, il est tout aussi prégnant et l’opérateur historique a évidemment une connaissance du secteur qui conforte sa place, commente l’ancienne rapporteure générale du Conseil de la concurrence où elle a travaillé sur les grands secteurs monopolistiques.

« La France a souvent eu du mal à prendre le train de l’Europe, dans les télécoms, le bouleversement a pris quinze ans, dans le rail, il va falloir aussi du temps. Etre frileux de l’intérieur n’est plus de mise, les opérateurs historiques sont capables de se développer avec l’ouverture des marchés intérieurs, mais à la concurrence de savoir saisir sa chance (référence à un voyage épique en train permis par l’ouverture du marché). Et sur le plan social, il y a l’énergie et la motivation, tout est travail d’explication », conclut Marie Picard.

*Commission de régulation de l’énergie

 

Lire les portraits des autres membres du collège